Get Adobe Flash player 76

Bus2025 : la dynamiqueest lancée !

À L’HORIZON 2025, LES 4 500 BUS DE LA RATP, DEUXIÈME PARC EUROPÉEN EN VOLUME, ROULERONT EXCLUSIVEMENT À L’ÉLECTRICITÉ OU AU BIOGNV, MONTRANT LA VOIE DE L’EXCELLENCE ENVIRONNEMENTALE. CETTE MUTATION ÉCOLOGIQUE ET TECHNOLOGIQUE SANS PRÉCÉDENT est ENTRÉE EN 2015 DANS sa phase D’EXPÉRIMENTATIONS.

Avec le plan Bus2025, la RATP a l’ambition d’équiper l’ensemble de sa flotte francilienne en BUS propres – 80 % de BUS électriques et 20 % de BUS au bio GNV – faisant de la métropole parisienne l’une des premières au monde à réaliser une transition énergétique de cette ampleur. Ce programme, soutenu par le Stif, permettra à la RATP de diminuer de 80 % les émissions de gaz à effet de serre de son réseau BUS et de 50 % son bilan carbone global. Il répond à la volonté du Stif, l’autorité organisatrice des transports, de supprimer les BUS diesel du réseau francilien. En décembre 2015, le bluebus, modèle de 12 mètres du groupe Bolloré, a été dévoilé à l’occasion de la COP 21. En 2016, ce modèle équipera la première ligne 100 % électrique du réseau. Ce projet a été retenu par l’Union européenne pour le programme européen Ze EUS (Zero Emission Urban BUS System) créé pour dynamiser l’introduction du BUS électrique dans les grandes villes.

Expérimentations sur deux lignes

En décembre 2015, la RATP a également lancé un grand programme de tests et d’expérimentations des différentes technologies de BUS électriques et de systèmes de recharge en conditions réelles d’exploitation. En 2016 et 2017, les expérimentations de véhicules standards, mis à disposition par les constructeurs Irizar (Espagne), Solaris (Pologne), Yutong (Chine), associé au Français Dietrich Carebus, puis par le Français Heuliez, se poursuivront sur deux lignes de référence du réseau (lignes 21 et 147). Parallèlement, la RATP va tester différentes technologies de charge électrique, notamment la charge lente, de nuit, dans ses centres BUS, mais aussi la recharge en terminus et la recharge « opportuniste » au passage au dépôt. Associées aux enseignements tirés de l’exploitation en conditions réelles de la ligne 341, 100 % électrique, ces expérimentations permettront un retour d’expérience sur les performances des différents modèles et leur impact sur la maintenance (fiabilité du matériel, consommation, autonomie, recharges électriques, performances de récupération). Des enquêtes seront menées pour recueillir la perception et les attentes des voyageurs, des conducteurs et des riverains. Ces expérimentations permettront de préparer les appels d’offres pour l’achat de BUS en nombre à partir de 2017 et pour des livraisons massives à partir de 2019.

Développement de la filière BIOGNV.

La RATP disposera également d’ici à 2025 d’une flotte de 20 % de BUS au BIOGNV , prioritairement affectés aux lignes nécessitant des véhicules avec une grande autonomie. Depuis le 1er juin , les 90 BUS standards précédemment avitaillés en GNV au centre BUS de Créteil sont alimentés en bio GNV.. En 2018, l’ensemble des 240 BUS standards et articulés du centre rouleront au bio GNV. .

LE BUS HYBRIDE, UNE SOLUTION DE TRANSITION

Les BUS hybrides constituent une étape intermédiaire entre un parc diesel et une flotte écologique. En Île-de-France, où plus aucun BUS diesel n’est acheté depuis 2015, quelque 150 BUS hybrides étaient en service à fin 2015, pour un objectif de plus de 520 pour la mi-2016. L’économie de consommation de carburant est de 10 % à 20 %, par rapport aux BUS diesel Euro 6 de dernière génération. Cette technologie réduit également les nuisances sonores et les émissions de particules, moyennant un surcoût encore élevé (de 50 % à 60 %).