Get Adobe Flash player

Des matériels plus performants

Les achats de nouveaux matériels roulants intègrent systématiquement des spécifications relatives à la sobriété et à l’efficacité énergétique. La récupération d’énergie de freinage est un levier privilégié de réduction des consommations. La modernisation du parc de matériels roulants du RER A et de trois lignes du métro francilien utilisant un système de freinage électrique par récupération permet ainsi de réduire la consommation énergétique de traction de 20 % à 55 % par voyageur transporté.

L’automatisation en cours de la ligne 4, après celle de la ligne 1, devrait permettre de diminuer de plus de 15 % la consommation d’énergie par rapport à une ligne classique.

Des bâtiments moins énergivores

La RATP mène une politique active de performance énergétique à l’occasion de la rénovation ou de la création de ses sites tertiaires et industriels. Dès la phase de conception de ses projets, elle étudie systématiquement l’opportunité de recourir aux énergies renouvelables et aux énergies de récupération. Les sites de maintenance et de remisage ( SMR ) des lignes T2 et T3b du tramway bénéficient ainsi d’installations de ventilation et de chauffage peu consommatrices d’énergie (pompe à chaleur reliée à des sondes géothermiques, puits canadien) ; le SMR du T3 compte 900 m² de panneaux photovoltaïques sur les toits pour produire l’électricité, celui de la ligne T8 comporte une isolation thermique, 1 600 m2 de toits végétalisés, 144 panneaux photovoltaïques, un dispositif de géothermie et permet le recyclage des eaux. Pour répondre au Plan Bâtiment Durable lancé en 2009, la RATP s’est par ailleurs engagée à réduire de 40 % les consommations d’énergie de ses bâtiments tertiaires entre 2006 et 2020. Les résultats du bilan énergie 2014 sont très encourageants. Sur la période 2004-2014, la réduction des consommations d’énergie est de 19 % (pour l’ensemble des bâtiments tertiaires). Le siège social a montré la voie : la rénovation énergétique des systèmes techniques a notamment été un des éléments lui permettant d’obtenir, en avril 2015, la certification HQE -exploitation sur les deux axes « Bâtiment durable » et « Gestion durable ».

L’écoconduite généralisée

Une formation à l’écoconduite est systématiquement dispensée lors des formations initiales et continues des 14 000 conducteurs de BUS de la maison mère. Un concours annuel, l’Éco-challenge, récompense les lignes de BUS et les centres de maintenance qui réalisent les plus importantes réductions de consommation de carburant. Aux États-Unis, Fullington Auto BUS Company a fait de l’écoconduite le projet phare de l’année 2015. En Europe, la Compagnie de transport du lac du Bourget ( CTLB ) a mis en place un intéressement du personnel aux économies réalisées. Les filiales Gem’BUS à Genève et STIHS Touriscar en Rhône-Alpes ont informatisé le suivi de la consommation du carburant au travers du logiciel Wincarb qui permet d’optimiser en permanence les tableaux de marche.

le chiffre

314 stations et gares du réseau francilien étaient fin 2015 entièrement équipées de lampes LED. . En 2016, la RATP deviendra ainsi le premier grand réseau historique totalement converti à l’éclairage LED. . Ce renouvellement de 250 000 points lumineux répartis sur un million de m2 réduira de 50 % leur consommation électrique.