Get Adobe Flash player

Arrière du bus Bluebus de Bolloré

et Solaris (Pologne), ainsi que deux constructeurs chinois, Yutong, associés au français Dietrich Carebus et Ebusco. Ces bus seront mis en circulation à partir de mi-décembre 2015. Un véhicule par constructeur sera testé par la RATP.

Les objectifs des expérimentations 2015-2017

A partir de ces expérimentations, la RATP sera en mesure de réaliser un retour d’expérience sur la performance de la chaîne de traction (batteries, moteurs) et des systèmes de recharge en s’appuyant notamment sur le partenariat RATP-EDF signé le 25 juin 2014.

Pour la RATP, c’est aussi l’occasion de mesurer les conséquences de cette nouvelle technologie sur l’exploitation (impact pour le machiniste, les voyageurs, les riverains, …) et sur la maintenance (fiabilité du matériel, adaptation des équipements industriels et de la maintenance, adaptation de l’alimentation du centre bus…).

Le bus hybride, la transition vers le bus électrique

En attendant que les bus électriques développés par les industriels répondent à l’ensemble des contraintes techniques et économiques qu’exige l’exploitation en milieu urbain dense, les réseaux seront équipés.

Le projet Bus2025, réunit toutes les caractéristiques d’un projet stratégique. Il représente également une opportunité d’enrichir l’accessibilité du bus du futur se traduisant par une meilleure qualité de service au profit de tous.

C’est par l’intermédiaire d’un atelier d’exploration prospective par le design réalisé en partenariat avec l’École de design de Nantes Atlantique que la RATP s’est confrontée à cet enjeu. Notre démarche s’est basée sur la prise en considération de l’évolution actuelle et à venir des usages du mode bus : développement géographique des territoires urbanisés (extension des zones périurbaines), mutations comportementales, technologiques, développement important des